Qui diable blogue ?

Jean-François Marmion

                             

Les blogs (abréviation de weblog, ou carnet de bord sur la Toile) ont explosé dans les années 2000. Du journal intime aux réflexions politiques en passant par le culte ou le dénigrement des stars, leur contenu est des plus variés. Peut-on néanmoins cerner la personnalité d’un blogueur type ? La psychologue Rosanna Guadagno et ses collaborateurs de l’université d’Alabama ont tenté l’exercice. Sur 363 étudiants passés au crible, environ 20 % tiennent un blog, une fois sur deux sous leur vrai nom. Hommes et femmes bloguent autant, et se décrivent également ouverts à la nouveauté. En revanche, les blogueuses, contrairement aux blogueurs, font souvent preuve d’un degré élevé de « névroticisme », c’est-à-dire d’instabilité émotionnelle. Elles sont, en outre, fréquemment célibataires : tenir un blog constitue peut-être un moyen de rompre leur solitude, d’autant qu’elles font plus facilement part de leur vie intime, alors que les hommes ont tendance à aborder des thématiques moins personnelles, comme la politique ou la technologie. Cette recherche de R. Guadagno en appelle d’autres, auprès de publics différents, pour voir dans quelle mesure ces résultats sont généralisables. Tels quels, ils confirment cependant des données antérieures qui ont révélé les mêmes traits de personnalité chez les femmes internautes aux États-Unis, indépendamment de leur intérêt pour les blogs.

 

Rosanna E. Guadagno, Bradley M. Okdie, Cassie A. Eno, « Who blogs ? Personality predictors of blogging », Computers in Human Behavior, vol. XXIV, n° 5,  septembre  2008.

Retrouvez moi : http://monmulhouse.canalblog.com/