Moratoire sur le Taser

            

La police a décidé de retirer temporairement les pistolets à impulsions électriques en raison de l’incertitude sur la fiabilité des appareils fabriqués avant 2005. C’est un lecteur québécois du Monde qui a attiré mon attention, car ces faits se passent au Canada où le Taser fait la Une des journaux. Et les commentaires ne sont pas tendres.

taser_quebechebdo.1229763288.jpgTout a commencé en octobre 2007, avec la mort de Robert Dziekanski, lors d’une interpellation par les policiers de l’aéroport de Vancouver. La scène est filmée par un témoin et les images chocs diffusées sur Internet font le tour du monde. Devant la commission d’enquête qui suit ces événements, le PD-G de Taser International, Tom Smith, soutient que ces armes ne peuvent pas émettre davantage de courant que la charge pour laquelle elles sont calibrées. Il estime donc inutile de les tester. Et l’affaire aurait pu s’arrêter là. Mais des journalistes de Radio-Canada ont voulu en savoir plus. En collaboration avec ceux de la CBC, ils ont pratiqué des contrôles et des essais sur une quarantaine de Taser X26.

Résultat : quatre de ces pistolets ont émis un courant jusqu’à 50 % plus élevé que prévu (ici la vidéo en français de l’intégralité de l’enquête et des essais). Particularité, les armes défectueuses avaient été fabriquées avant 2005.

Pierre Savard, professeur à l’Institut de génie biomédical de l’École polytechnique de Montréal a déclaré qu’avec de telles armes, les probabilités de mort subite étaient augmentées de 50%.

L’ingénieur en chef de Taser International a contesté ces chiffres en estimant qu’ils n’étaient pas pertinents d’un point de vue médical.

Il faut se souvenir qu’un Taser non défectueux lance deux fléchettes entre lesquelles circule un courant de 50.000 volts pendant cinq secondes. L’ONU assimile l’usage de cette arme à une torture, et il suffit de jeter un œil sur les nombreuses vidéos qui circulent sur Internet, où l’on voit des gens se contorsionner sous la douleur, pour comprendre pourquoi.
D’après Amnesty International, 17 personnes sont mortes au taser-et-gegene_dessin_fred_stripsjournal.1229765259.jpgCanada après avoir été immobilisées à l’aide d’un Taser, et 270 aux États-Unis. La plupart d’entre elles n’étaient pas armées et auraient pu être arrêtées par d’autres moyens. Ces chiffres ne sont pas confirmés. Une analyse (je n’en connais pas l’origine) effectuée aux États-Unis sur 962 cas, entre juin 2005 et juin 2007, révèle que 743 n’ont subi aucune lésion, 216 ont eu des lésions bénignes et 3 des lésions graves. Deux sont mortes sans qu’on puisse établir un lien formel entre leur décès et la commotion électrique.

Au canada, chaque personne qui reçoit une décharge du pistolet Taser doit subir un examen médical. Il y a eu officiellement deux morts.

En France, les Taser poussent comme des champignons (vénéneux) et je ne suis pas sûr qu’on ait effectué des bancs d’essais. On attend la réaction de Que choisir ou de 60 millions de consommateurs.

______________

Sur ce blog :

- Le Taser et les chiffrent qui tuent
- Taser pour dames  (à ne pas manquer dans les commentaires la réponse de Taser-France)
- Et Taser !

Retrouvez moi : http://monmulhouse.canalblog.com/