Un autre monde? Chiche!

Par Hervé Nathan. Oui, le travail solidaire, la finance responsable, le commerce respectueux, c'est possible. Oui, un autre monde, qui ne serait plus régi par les principes ultra-libéraux, est possible. Et Marianne le prouve, dans son prochain numéro.



(photo azrainman-flickr-cc)

(photo azrainman-flickr-cc)


La « pensée unique », celle qui dit : « il ne peut en être autrement » sévit toujours, hélas. Dorénavant, elle a même une héritière : « l’esprit du G20 » qu’on peut résumer par : « le marché aura toujours raison ». De fait, que nous ont proposé les chefs d’Etats et de gouvernements réunis il y a deux semaines à Washington ? De « préserver le libre marché », ou encore de « sauver le commerce et l’investissement libres ». Selon les hommes les plus puissants de la Planète Terre, la crise qui menace de se transformer chaque jour un peu plus ne serait que le fruit des « excès » qui « ont perturbé les marchés ». Il suffirait donc, si on les écoute, de corriger les détails forcément marginaux, pour retrouver les chemins de la croissance. Et tout reviendrait comme avant ?

Changer le monde, c'est possible

Cette fable ne tiendra pas.  La crise financière est devenue économique, sociale et morale. Elle appelle donc des solutions globales, bien au-delà des rafistolages que tentent des gouvernants qui, depuis 30 ans, n’ont eu, eux ou leurs prédécesseurs, de cesse de concéder aux marchés et à la marchandisation une place de plus en plus large.  C’est ce mouvement qu’il s’agit, pour Marianne, d’interrompre. Rompre avec la « société de marché », selon le mot de Lionel Jospin, nécessite qu’on ait l’ambition de dominer les marchés, de leur imposer les lois de la démocratie et de l’intérêt commun, de retrouver le chemin d’une véritable égalité entre les hommes, d’un commerce entre les pays et les continents qui ne mette pas en concurrence les conditions de vie des hommes et des femmes. Cela passe aussi par la remise en question fondamentale de l’injonction de consommer toujours davantage. Cet « autre monde » dont l’avènement apparaît de jour en jour plus indispensable n’est pas du tout une utopie. Il existe même, de façon parcellaire, sous nos yeux, enfoui sous la montagne des préjugés ultra-libéraux. Oui, le travail solidaire, la finance responsable, le commerce respectueux, tout cela existe déjà. Il suffit de le mettre en valeur. De le développer. C’est ce que Marianne a décidé de proposer cette semaine avec son dossier : « Un autre monde ? Chiche ! »

Téléchargez le prochain numéro de Marianne dès 16 h cet après-midi en cliquant ici.


Vendredi 28 Novembre 2008 - 10:32

Hervé Nathan



Retrouvez moi : http://monmulhouse.canalblog.com/