Caisse d'Epargne : le président démissionnaire reste à la tête d'une filiale

NOUVELOBS.COM | 01.11.2008 | 18:23

Réagissez à l'article 13 réactions

Charles Milhaud avait démissionné après la perte de 751 millions par l'Ecureuil. Finalement, il va demeurer président du conseil de surveillance d'une des filiales du groupe. Un "parachute" qui aurait été suggéré, selon Mediapart, par l'Elysée.

      

(c) Reuters

Le président démissionnaire du directoire de la Caisse d'Epargne Charles Milhaud va conserver un pied dans la maison. Exclu de la direction du groupe, il conservera néanmoins la présidence du conseil de surveillance d'une des filiales, Océor. "M. Milhaud conserve à ce stade la présidence non exécutive du conseil de surveillance d'Océor, filiale de la Caisse d'Epargne qui porte les participations en banque commerciale sur l'outre-mer et le développement international", a indiqué la porte-parole de la société samedi 1er novembre. Océor possède une banque aux Antilles, à la Réunion, à Tahiti, en Nouvelle Calédonie et s'est développé à l'Ile Maurice, en Tunisie, au Maroc et au Luxembourg. Charles Milhaud, président du directoire de la Caisse d'Epargne depuis 1999, avait annoncé sa démission le 19 octobre, à la suite des risques inconsidérés pris par trois de ses traders en plein krach boursier et qui avait occasionné de lourdes pertes.

Un coup de pouce du président?


Le site d'information Mediapart dénonce cet état de fait, rappelant qu'au moment de la perte de 751 millions d'euros par la banque, Nicolas Sarkozy avait demandé la prise de réelles sanctions. En pleine crise financière, le président souhaitait que les responsables soient punis, et pas seulement les petits courtiers. Mediapart suggère que l'Elysée protègerait désormais Charles Milhaud, un proche du président par ailleurs, et serait intervenu pour que lui soit offert ce que le site d'information caractérise de "parachute exotique". Or, il convient de rappeler que Charles Milhaud, qui avait d'abord refusé de démissionner, avait ensuite accepté son sort en contrepartie d'un confortable parachute doré - 3 millions d'après Mediapart. Au final, le conseil de surveillance avait décidé, le 19 octobre dernier, qu'il démissionnerait sans recevoir de compensation.





Retrouvez moi : http://monmulhouse.canalblog.com/